zondag 30 december 2012

Un pari


Pourquoi faire le pari de développer l’optimisme en entreprise ?

« L’entreprise est un espace dans lequel  des femmes et des hommes  se rencontrent tous les jours pour réaliser ensemble une œuvre commune  dont ils tous responsables. L’entreprise est un lieu de vie.  C’est un lieu privilégié pour inventer et diffuser de nouvelles façons d’être et de faire. ¹ »

Y impulser l’optimisme comme une éthique de travail, c’est choisir d’aller à rebours de la morosité ambiante. Prendre le risque de paraître incongru et pourtant décider de faire grandir la confiance et la conscience.
Quand on pense au monde du travail actuellement, ce n’est  pas la notion de confiance qui vient spontanément à l’esprit, mais plutôt celle de peur. Des peurs diffuses comme autant de facteurs d’inhibition. Mais arrêtons-nous un instant pour imaginer et même ressentir ce qui  pourrait se passer si nous nous mettions à  cultiver la confiance comme un antidote à la crise. 

Dans un article intitulé « Et si on partageait le pouvoir dans l’entreprise ? » publié sur son blog² salutaire, Sophie Peters, éditorialiste du journal La Tribune recense des chefs d’entreprises qui ont choisi de faire confiance à leurs salariés et qui l’ont mis en acte à travers des transformations radicales de leurs modes de management. Le succès couronne ces initiatives, parce que la confiance et la responsabilisation décuplent l’implication et la créativité des salariés.

Etre optimiste, c’est aussi être lucide et regarder intentionnellement les difficultés auxquelles on est confronté pour être en mesure de déceler les opportunités qu’elles recèlent.  C’est également développer sa conscience pour repérer tous les jours ce qui est positif et qui nourrit le bien-être et l’enthousiasme.
Lors d’une conférence sur les vertus de la pleine conscience à l’Université Libre de Bruxelles, en Septembre 2012, Matthieu Ricard ³ a montré que dans les organisations,  la pratique de la pleine conscience ou « mindfulness » est associée à plus d’altruisme, plus de  créativité et à un leadership plus inspiré et efficace. Ainsi des groupes de travail plus enclins à la coopération présentent des avantages significatifs sur des groupes qui misent sur la compétition et l’individualisme.

Ces composantes de l’optimisme sont bénéfiques pour les entreprises. Certains l’expérimentent déjà, d’autres le pressentent. Il est essentiel de permettre à cette énergie positive de se propager.

Christine Cayré ( B & O France)

¹ « L’entreprise entre contraintes et liberté » de Jean Pierre Joly et François Monconduit Editions l’Harmattan.
² Le blog de Sophie Peters « Mieux dans mon job »
³ Matthieu Ricard, biochimiste français devenu moine boudhiste. Depuis 2000 il fait partie du Mind and Life Institute et participe activement à des travaux de recherche qui étudient l'influence de l'entraînement de l'esprit à long terme sur le cerveau.

Geen opmerkingen:

Een reactie plaatsen